perdreChoix des bibliothécaires février 2018

 Naïma travaille dans une galerie d’art parisienne. Petite fille de harkis, elle sait peu de choses de ses origines algériennes. Ali, son grand-père kabyle, était un cultivateur, chef de village. Pendant la guerre d’Algérie et la montée du FLN, son statut d’ancien combattant pendant la deuxième guerre mondiale, fait de lui un harki contraint de fuir son pays avec sa famille pour se retrouver parqué dans un camp en France.
L’art de perdre est d’abord un roman sur l’exil. À travers le parcours d’une famille kabyle de la guerre d’Algérie à nos jours, on comprend mieux le douloureux destin de ces familles de harkis. Un roman vraiment intéressant.

 Où le trouver ?